MES JOLIES CHOSES

26 juillet 2017

Les grands questionnements sur l'éducation de nos filles

J'ai eu une enfance idéale. L'enfance déconnectée et insouciante que les gens idéalisent de nos jours et tentent de recréer sur Instagram. L'enfance à la campagne entourée de beaux paysages et d'animaux. C'est vrai. J'ai grandi...
J'ai grandi dans une ferme perdue au fond de la campagne, avec pour seuls voisins mes grands parents et un vieil oncle à mon père.
J'ai grandi en jouant dans les bois, dans les champs, dans les étables
J'ai grandi sans donner de nouvelles à ma mère pendant des heures
J'ai grandi en partant faire des tours de vélo toute seule dans la campagne sans prévenir personne
J'ai grandi en famille autour du poulet du dimanche
J'ai grandi en accompagnant mon père à la palombière et aux dépeçages des sangliers
J'ai grandi en grimpant sans filet dans les énormes cerisiers pour tâcher mon t-shirt
J'ai grandi en apprenant à nager dans un bac à vendanges rempli d'eau
J'ai grandi en m'inventant des cabanes dans le hangar plein de boules de foin et de souris
J'ai grandi en conduisant des tracteurs et leurs remorques dans les vignes dès que mes jambes ont été assez longues pour embrayer
J'ai grandi en apprenant le nom des chemins, des lieux dits et des parcelles de terre
J'ai grandi en portant les tricots de ma mamie
J'ai grandi en conduisant le C15 de mes parents sur la route bien avant mes 18ans
J'ai grandi en faisant le service au repas des chasseurs du village
J'ai grandi en cherchant des œufs dans les hangars et en buvant du lait directement dans le tank
J'ai grandi en connaissant les parents de tous les enfants de mon école
J'ai grandi en cherchant des vers dans le fumier pour aller pêcher
J'ai grandi en jouant avec une carabine à air comprimé quand mes parents trayaient les vaches
J'ai grandi en élevant des cochons, des poules, des lapins que l'on tuait pour manger
J'ai grandi en gardant les mêmes copains de la maternelle a la fin du collège
J'ai grandi en trouvant des silex taillés dans le champ du fond
J'ai grandi en cherchant des cèpes et des jonquilles dans les bois

Mais j'ai aussi grandi en faisant le ménage et préparant à manger pour mes parents quand ils étaient aux champs
J'ai grandi en ramassant les pierres qui abîmaient les machines dans les champs
J'ai grandi dans les fringues de ma sœur et de mes cousins
J'ai grandi en coupant et convoyant du bois pour la cheminée
J'ai grandi en recevant des habits et des draps pour Noël
J'ai grandi en travaillant dans les champs, dans la vigne et en transpirant sous la canicule et les pruniers
J'ai grandi en arrosant et entretenant le jardin nourricier
J'ai grandi en enviant les marques des copains et leurs colonies de vacances
J'ai grandi en maudissant les enfants des touristes qui s'arrêtaient nous regarder ramasser les prunes
J'ai grandi en jalousant les sauts et les cris dans piscine du gîte de vacances qui jouxtait les champs où les pierres remontaient à la surface chaque année
J'ai grandi en faisant les rentrées scolaires avec les ongles et les doigts tâchés par le ramassage des prunes
J'ai grandi en supportant les égratignures des bottes de paille qu'il fallait jeter dans la remorque trop haute
J'ai grandi en regardant mes parents compter leur argent et se demander comment ils allaient s'en sortir
J'ai grandi en observant les autres partir en vacances l'été
J'ai grandi en regardant les copines aller au poney club le mercredi
J'ai grandi au collège et au lycée en travaillant tous les étés et les vacances scolaires
J'ai grandi étudiante en attendant la date ou les bourses étaient versées.

La campagne est dure et impitoyable quand tu es fille de paysans. Elle te donne l'envie de faire des études et de t'éloigner. Elle te donne le sens du travail et le goût de l'effort.
Moi je veux donner ça à mes filles sans les faire souffrir comme j'ai souffert. Sans les épuiser dans les champs. Je veux qu'elles choisissent les études de leur choix sans se demander si les parents pourront financer. Je veux les accompagner dans leur voie rêvée. Et pourtant je ne veux pas qu'elles feignassent dans une vie facile que leur père et moi leur offrons. Nous essayons d'offrir du souvenir plutôt que du matériel. Mais j'ai conscience qu'elles sont élevées en fonction de nos manques enfantins.
L'histoire de la fille de paysan et du petit ramasseur de fraises qui se rappellent de leurs enfances défavorisée, matériellement parlant. J'ai fait des études pour me sortir de là, il est devenu chef d'entreprise grâce à son travail et sa volonté.
Deux bosseurs qui essaient d'élever au mieux leurs filles mais qui ont peur de trop les gâter. Deux adultes qui ont vu des "fils et filles de" ne rien faire de leur vie car ils n'avaient pas d'envie ni de courage.
J'ai peur d'élever mes filles dans la facilité. Mais je n'ai pas envie de les priver des jolis moments qu'on peut leur offrir.
J'y réfléchis souvent. Je n'ai pas de réponses...

Posté par mesjolieschoses à 21:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]


19 juillet 2017

Surpris.e

Aller chercher une copine par une entrée de service d'une autoroute et tomber sur un couple, totalement nu, en train de forniquer contre une voiture:

Check.


Posté par mesjolieschoses à 22:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 juillet 2017

L'insolente

La petite (qui avait pour surnom PolPot mais que j'ai envie de renommer l'Affreuse) me fait une crise en plein milieu d'un rayon de supermarché "parce qu'elle a envie de faire pipiiiiiiiiiiiiii", alors qu'à la sortie d'un resto, moins de 5 Minutes auparavant, on y a emmené sa grande sœur et qu'elle m'a assuré qu'elle n'avait pas envie, "mais non Maman, c'est bon j'ai pas envie!!"
Donc je refuse de ressortir du magasin et je lui demande de patienter 5 minutes en lui rappelant l'épisode Sus-Nommé.
Et tu sais ce qu'elle me répond, l'Affreuse?

"De toute façon toi tu sers à rien"

Misère.

Peut-on emplâtrer un enfant rayon fournitures scolaires ou l'enfermer avec les glaces en plein milieu d'un supermarché?
Non? Rho, dommage.


Posté par mesjolieschoses à 23:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 juillet 2017

Jugement

L'ancienne baby-sitter des filles était une jeune fille innocente, charmante et timide. Très timide. A priori elle a pris de l'assurance. Vendredi soir, alors que nous fêtions les 40 ans d'un pote avec une copine de beuverie, elle nous a toisé, nous et nos verres XXL de bière (thème US: la taille des verres était raccord) et nous a sorti:

"Alors les filles, toujours plus grand le verre..."

Et elle a tourné les talons en riant sous cape.

Nan mais, nan mais...!!!....
Elle a de la chance de ne plus être ma baby-sitter celle-là, j'aurais demandé à la petite de faire caca par terre rien que pour la punir.


Posté par mesjolieschoses à 22:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 juillet 2017

Une histoire d'hélicoptère

De: Moi
À: Cecile
Objet: arrêt travail
Hello Cécile il faudrait déclarer un arrêt de travail pour un ouvrier qui s'est fait mal sur le chantier, de quoi vous avez besoin?

De: Cecile
À: Moi
Objet: rep arrêt travail
Hello! De l'arrêt de travail, des circonstances exactes, adresse du chantier, date et heure pour la déclaration.

De: Moi
À: Cecile
Objet: rep rep arrêt travail
C'était lundi à telle heure, sur tel chantier, P. a voulu se servir de l'hélicoptère mais les pales étaient un peu collées au béton, il a tiré et à pris un coup sur le pouce.

De: Cecile
À: Moi
Objet: rep rep rep arrêt travail
Mais que faisait donc l'ouvrier dans un hélicoptère sur un chantier?? Ca ne va jamais passer en accident du travail!

De: Moi
À: Cecile
Objet: rep rep rep rep arrêt travail
Nous avons tellement de chantiers que les ouvriers vont bosser en hélico. Ah non, mince, je confonds! N'oubliez pas de consulter la pièce jointe, ca peut vous aider pour la déclaration! 😜

De: Cecile
A: Moi
Objet: rep rep rep rep rep arrêt travail
Bon ok, je me sens idiote. Bon on va déclarer que l'ouvrier s'est fait mal avec une machine, hein.

Posté par mesjolieschoses à 17:30 - Commentaires [1] - Permalien [#]


03 juillet 2017

Et Paf

Notre fille de 7 ans a des gènes de chèvre, depuis des années elle adore grimper et sauter partout.
Bon, du coup elle tombe pas mal.
Cette fois ci à la kermesse de son cousin, elle a tenté de sauter d'un banc à un autre banc, et elle s'est ratée. A priori une estrade à traversé son chemin.
Ce qui est bien, c'est que je n'aurais pas les services sociaux au cul puisque c'est sa maîtresse qui l'a ramassée, mon mari étant trop occupé à... boire l'apéro.
Voila voila.

Posté par mesjolieschoses à 22:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 juillet 2017

Le cadeau de fin d'année

Ici on ne déroge pas à la tradition: un petit cadeau pour les instits et les atsems.
Cette année, pas de prise de tête: des bocaux en verre qui traînaient dans le cellier, du ruban de récup, des petites étiquettes en plastique dingue pour le message, et de l'huile d'olive de nos oliviers.
Emballé c'est pesé!

Posté par mesjolieschoses à 10:33 - Commentaires [2] - Permalien [#]

29 juin 2017

Les fourbes.

Quelques minutes après avoir refusé des dessins animés à mes filles, celles ci m'entraînent dans leur jeu: elles tiennent un hôtel, je suis la cliente.
On joue, elles imaginent, font leur petite histoire, je finis par me mettre au lit, elles me bordent, me font un petit massage du dos, ferment les volets, la lumière et ferment la porte le temps d'aller me préparer un petit déjeuner 4 étoiles virtuel.
Ce qui devait arriver arriva:
Je me suis donc réveillée 30 minutes plus tard, les chipies étant en train de regarder les dessins animés dans le salon.
Comment se faire avoir en beauté...


Posté par mesjolieschoses à 20:54 - Commentaires [2] - Permalien [#]

28 juin 2017

Abnégation

Mot désignant une mère qui refuse de suivre ses copines le premier jour des soldes pour ne pas mettre ses filles au centre aéré.
Et que lesdites filles sont particulièrement infectes ce jour là.
CQFD

Posté par mesjolieschoses à 18:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 juin 2017

La rando de l'enfer

On a eu la bonne idée, avec les
Copines, de s'inscrire à une rando-challenge. C'est à dire plus de kms que nos randos habituelles, et en conditions plus hostiles que notre plate campagne. Donc: 19kms dans les coteaux.

Km zéro: on est motiveeeeeeees motivées motivées. On enfourche nos bâtons de marche. On est les reines du monde. Et puis une rando ou on t'offre une bouteille de rosé à l'inscription, ça ne peut pas être si pire que ça!
Km 1: Ah tiens c'est donc ça une côte? Intéressant cette brûlure aux mollets. À analyser quand on aura retrouvé une irrigation au niveau du cerveau.
Km 2: Putain on n'aurait pas dû se coucher à 1h30 du mat'
Km 3: Ni boire ce mojito à l'apéro
Km 4: Oh putaing con on attaque l'alpe d'huez du coteau, dans un chemin d'herbe fauchée glissante.
Km 5: On transpire littéralement notre despé de la veille.
Km 6: Oui bon on transpire NOS despe de la veille.
Km 7: Sprint pour éviter l'arrosage automatique dû champs de Maïs.
Km 7,1: Raté, on sent l'eau croupie et le poisson chat.
Km 7,5: Ravitaillement: pas pour nous! On est des Warriors. Pas faim, pas soif. Des Warriors j'te dis!!!
Km 8: PUTAIN DES CONNASSES D'ABEILLES NOUS ATTAQUENT!!!!!
Km 8,1: Après un record Usain Boltesque, nous léchons nos plaies: 5 piqûres à déplorer.
Km 8,2: La Copine nous demande à quoi on reconnaît qu'on est allergique.
Km 8,3: Mais naaaaaaaan t'es pas allergique.
Km 8,4: Oui Bon c'est vrai que c'est gonflé.
Km 8,5: Ouais mais bon, on est 2 à avoir le brevet de secourisme. Finger in the nose en cas d'arrêt cardiaque.
Km 8,6: On disserte avec ma Copine sur le fait que pour un bon massage cardiaque, il ne faut pas hésiter à être des grosses bourrines. On demande à la cop si elle nous en veut si on lui pête quelques côtes MAIS qu'on lui sauve la vie.
Km 8,7: Les piqûres cessent de gonfler.
Km 9: On doit escalader une barrière et traverser un champ, on croise les doigts pour que les proprios du terrain aient pensé à enfermer Hulk, le taureau.
Km 10: Un groupe de 4 papys nous double dans une énorme montée. Un sifflote, l'autre papote avec les mains dans les poches, le 3ème rigole et je jurerais que le 4ème était en déambulateur.
Km 10,1: Ouais mais ils ont le temps de s'entraîner tous les jours, EUX. Sales retraités.
Km 11: On enchaîne les bois, les champs, les montées, les descentes, les fossés. Le soleil se met à taper fort. On a soif. On transpire. On se tape le koh Lanta de La rando.
Km 12: L'Everest des coteaux est devant nous. Une montée qui n'en finit plus. J'ai des muscles insoupçonnés qui se mettent à crier grâce et autant de souffle qu'un lama asthmatique un lendemain de cuite.
Km 13: Le ravitaillement n'est plus très loin, tu vas voir comment on va se goinfrer de pastèque et boire un bidon d'eau chacune. Mes mollets crient à l'infamie. Mes fesses menacent de me faire un procès.
Km 15: Ravito!!! Alléluia, Un halo de grâce entoure l'eau fraîche et les tomates cerises.
L'organisateur nous demande s'il nous ramène en navette ou si on continue. Il ne sait pas qu'on est ascendantes sado-masos.
Km 16: Un serpent déboule SOUS.NOS.PIEDS.
Km 17: Tiens les côtes sont plus faciles avec une bonne poussée d'adrénaline.
Km 17,5: Ca bouge dans les fourrés
Km 18: Ce sont des rainettes. Ce sont des rainettes. Ce sont des rainettes.
Km 18,5: les organisateurs ont décidé de finir en beauté, on remonte vers le final à travers champs.
Km 19: WE DID IT!!!!! On est épuisées, transpirantes, on sent encore le poisson chat mais bordel!! on a gagné notre challenge perso en un peu plus de 4h20! Et nous ne sommes pas ridicules puisque personne d'autre que les papys ne sont arrivés devant nous sur notre parcours. Une belle façon de nous prouver que nos efforts quotidiens payent!

Dites les copines, on le refait l'année prochaine!!? Non!!?

Posté par mesjolieschoses à 00:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]