MES JOLIES CHOSES

19 août 2017

La princesse au petit pois

Nous avons récupéré en décembre un gentil chien dont les proprios se sont expatriés dans un pays lointain. Il est A-DO-RA-BLE. Je veux dire: c'est un labrador obéissant (Ceux qui ont eu des chiots labradors savent)
Mais alors...

Jour 1 des vacances:
Mari: Allez le chien, on part, monte dans la voiture!
Le chien: "Non j'ai peuuuuuuuur"
Mari: Mooooonte!!!
"Non!!! Plutôt mourir!!"
Mari: Moooooonte bordel on t'a préparé une super place, limite t'as plus de place que les filles!
"Nan, faudra me traîner"
Mari: OK
"M'en fous je me mets sur le dos"
Mari: Putain de chien!!!
Chien: Je fais le mort hinhinhinhin
Mari: Nan mais je rêve!!! On ne va pas te porter toutes les vacances!
(L'histoire montrera que si)
Chien dans le coffre: "J'y vais mais j'ai peuuuuuuuuur"

1000kms de halètements plus tard, nous voilà arrivés sur notre lieu de vacances.

Mari: Allez viens le chien, on va se baigner à la rivière.
"J'ai peuuuuuuuur"
Mari: Allez hop, dans la voiture!!
"Tu sais ce qu'il te reste à faire... porte moi!!!"
Mari: Mais c'est pas vrai!!!
"C'est bon tu peux bien faire ça, j'ai perdu au moins 3 kgs a cause de l'autre furieuse qui m'emmène en balade TOUS. LES. MATINS, je te f'rais dire"
Mari: Tu rêves
"Tu m'adores. Porte moi porte moi porte moi. Je ne pèse plus que 35kgs"
Mari: Bon, ok, mais tu es la honte de tous les chiens de race.
"M'en fous"

Chien à la rivière: "Attends tu veux que je me baigne dans ÇA? Il est où le drapeau bleu? Ils sont où les MNS? Y'a du courant et des poissons je te signale!!"
Mari: Tu es un labrador, je t'ai fait faire 1000kms et je t'ai porté maintenant tu viens te baigner BORDEL!
Chien: "Nan"
Mari: Des qu'on revient en france je te fous au refuge
Chien: "M'en fous"
Mari: Je te prive de croquettes ce soir
Chien: "Bon ok je mets une patte dedans. Pour voir. Ouuuuuuuuuuuh en plus elle est FROIDE!! Tu veux me tuer ou quoi??"
Mari: je vais t'envoyer au Labrador sur la terre de tes ancêtres et on en reparle?
Chien: "Ta gueule"
Mari: Un labrador qui ne se baigne pas, on aura tout vu.
Chien: "Hého ça va hein!! Je me mouille petit à petit, on a déjà vu des chiens mourir hydrocutés"
Mari: Honte sur ta race et tes descendants
Chien: "J'ai de l'eau jusqu'au ventre j'te signale!!"
Mari: Ladrador mon cul oui, je suis sûr que ton certificat LOF est un faux.
Chien: "Ta gueule. Voila je mets la truffe dans l'eau. Ouuuuuuuuh c'est froid et c'est humide ouiuuuuuhhhhh kof kof kof kof j'ai AVALÉ DE L'EAU DE LA RIVIÈRE AAAAARG"
Mari: Je rêve ou le chien se roule dans les graviers pour se sécher alors qu'il a mis une seule patte dans l'eau?
Chien: "Ta gueule. Je ne veux plus jamais partir en vacances dans ce pays de sauvage. Je veux mon pouf et mes croquettes. Mes anciens maîtres me mettaient au chenil quand ils partaient, EUX"
Mari: Allez on rentre à la maison, monte dans la voiture.
Chien: "..."
Mari-grosse-voix: ALLEZ!!!
Chien: **Se met sur le dos et fait le mort**
Mari: Je te laisse là, sans croquette et avec juste l'eau de la rivière à boire
Chien: **Fait super bien le mort et le sourd**
Mari: ... Bon ok, je te porte....

Posté par mesjolieschoses à 14:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]


12 août 2017

Il était la

L'autre samedi, vl'à t-y pas que je témoigne pour la 5ème fois de l'amour de copains devant monsieur le maire, je pense que mes copines se sont filées le mot que quand je suis témoin je me mets en robe et talons, chose assez extraordinaire pour être signalée. Bref une autre moi qui noue des corsages, qui porte les certificats de mariage et qui aide à faire passer des jupons par en bas et par en haut.
Cet honneur me vaut donc souvent l'occasion de jouer ou organiser des jeux à la con.
Ce samedi là j'étais donc la dernière "tirée au sort" (avec l'autre témouine, bizarre bizarre) pour le jeu des 12 mois.
En robe. Et en talons. Sachant qu'il faut courir dans tous les coins de la salle.
Mode guerre psychologique ON.
Je déclare que c'est injuste que les garçons n'aient pas de robes tout en me débarrassant des talons.
Puis je chouine que je vais faire exprès de perdre au premier objet à rapporter, comme ça je vais me rassoir et basta. Le frère de la mariée me lance un "hinhinhinhin moi je vais tout déchirer".
Oh merde, voila mon esprit de compétition qui revient à la surface.
Je signe avec des gros yeux à Chéri: enlève tes lacets, cherche un briquet, prépare ta montre, vole un soutif. Be my partner in crime, honey.
Attends j'en ai vu défiler des jeux des 12 mois, hein.
Premier objet: un lacet, ô surprise. Je suis la première à me rassoir en faisant tournoyer mon lacet comme d'autres font tourner les serviettes.
Deuxième objet: un verre avec un peu d'eau dedans. Sachant que je ne peux pas me tourner vers la table de mes copains pochtrons pour cette mission, je me dirige vers la table des enfants et reviens victorieuse.
Troisième objet: une petite cuillère. Chéri n'ayant pas assuré, je vole l'objet tendu par une femme au frère de la marié. À peine assis, celui ci me singe: "mais de toute façon je vais faire exprès de perdre gnagnagna". Oups, je lui réponds, j'avais oublié mon esprit de compétition. Il est revenu à la surface.
Quatrième objet: une personne plus jeune que vous. Mon mari me jette par dessus la table d'honneur notre fille qui était tranquillou en train de dessiner. Elle n'a rien compris et a eu peur. On est bon pour 12 ans de psychothérapie. M'en fous je suis encore dans la course.
Cinquième objet: Un crayon. Je suis fourbe. Alors que tout le monde se dirige en meute enragée vers la table où les mariés ont installé un cadre souvenir à gribouiller avec plein de crayons, je me dirige vers ma place où une Copine à planqué les susnommés crayons. Je suis la première à me rassoir en me bidonnant de tant de perversité géniale.
2 copines ont enlevé leur soutif, préparé un rouge à lèvres, récupéré des clés de voiture. Elles sont au taquet.
Sixième objet: une paire de chaussure en 42. Je récupère les chaussures de Chéri qui chausse du 43, et j'affirme que le 10 américain inscrit dessous c'est du 42 car Chéri chausse du 42. Ce n'est presque pas du mensonge, j'y peux rien je veux gagner. Ca passe. Heureusement que la vérificatrice est la mariée elle-même et que je la connais depuis 19 ans.
Septième objet: une feuille de PQ. Je ne vois pas que ma Team copines-mari agite l'objet en question en criant mon nom et je file en dérapant à chaque virage vers les toilettes de droite alors que tout le monde court vers celles de gauche. Ah merde, je n'avais pas repéré les lieux. Je me pense perdue, mais quand je reviens en galopant avec la grâce d'un mammouth en robe rose (si si, je me suis vue sur la video) personne n'est encore revenu de l'autre côté. Je me fends d'une petite danse de la victoire avant de poser mon séant sur une chaise.
Je vous passe les détails jusqu'au dernier objet, et sans surprise je suis dans le duo final grâce aux barjos qui m'encouragent comme si on était aux jeux olympiques et me fournissent les objets comme des receleurs professionnels.
Dernier item: une personne du même signe astrologique que les mariés. Merde. Je connais la date de naissance de ma cop mais je n'ai absolument aucune idée de son signe astro. Je sais que le marié est ne le même jour que ma petite mais elle est à l'autre bout de la salle et je ne peux pas me permettre de payer deux fois 12 ans de psychanalyse à mes gosses pour traumatisme parental (c'est toujours la faute de la mère au final).
Je hurle comme une damnée c'est qui qu'est né en avril ou début mai c'est quiiiiii??? Personne de mes copains.
Et voila. J'ai perdu.
Avant dernière. La place pourrie.
Je dois payer une raclette aux mariés.

Posté par mesjolieschoses à 09:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 juillet 2017

Les copains

Y'a des périodes plus ou moins riches en amitié dans une vie.
J'ai vraiment manqué d'amis quand j'ai emménagé dans un village après la fin de mes études (ah tiens, à l'époque j'ai créé mon premier blog sur 20six!). J'étais trop loin de mes anciens copains pour aller faire la fête avec eux le we. Je manquais de copines pour le café des matins paresseux et de copains chez qui aller manger des pâtes le samedi soir.
Plus personne ne passait à l'improviste prendre l'apéro un soir de semaine. Nous ne connaissions personne là où nous habitions. Et j'ai toujours eu comme principe de ne pas être trop amie avec les voisins et les collègues (l'expérience d'autres à conforté cette vision avec les années)
Alors aujourd'hui que j'ai trouvé ma dream team de copains je savoure. Chaque bière bue le vendredi soir, les fêtes de village le samedi soir, les we entre copines loin des maris et des enfants, les marches sportives les soirs d'été, les bouchons des bouteilles de champagne qui sautent bien trop tard dans la nuit. Les fous rires qui s'alignent et se renouvellent. Je savoure le fait de pouvoir laisser mes filles chez leurs parrains et marraines si j'ai un soucis de garde, je savoure d'avoir toujours quelqu'un pour s'en occuper au cas où, j'aime récupérer les enfants des copains à la garderie pour entendre les rires dans le jardin les soirs d'école. J'aime le fait de ne jamais être seule quand je propose une sortie.
C'est épuisant, de sortir, d'avoir une vie sociale, de préparer des repas à l'improviste en calant les gosses devant une assiette de pâtes pendant l'apéro qui se prolonge sur la terrasse. Mais je sais que dans quelques années (ou décennies) je regarderai ces moments et ces photos avec du baume au cœur et le sourire aux lèvres. Il faut savoir savourer ces moments où le cœur et la vie sont remplis d'amours et d'amitiés. Quand les copains deviennent la famille.
Je veux garder cette dream team jusqu'à La maison de retraite...


Posté par mesjolieschoses à 23:09 - Commentaires [2] - Permalien [#]

Coup de vieux

Ma grande: tu faisais quoi quand tu avais 21ans Maman?
Moi: Je faisais des études, j'habitais à Bordeaux
Ma grande: bah moi je ne sais pas ce que je ferai à 21ans.
Moi: Tu viendras manger à la maison tous les dimanches alors?
Ma grande: Mais non! Je serais dans ma maison avec mes filles!

Wokééééé...
Ou comment apprendre que je serai grand mère avant d'être retraitée.

Posté par mesjolieschoses à 22:55 - Commentaires [2] - Permalien [#]

Les grands questionnements sur l'éducation de nos filles

J'ai eu une enfance idéale. L'enfance déconnectée et insouciante que les gens idéalisent de nos jours et tentent de recréer sur Instagram. L'enfance à la campagne entourée de beaux paysages et d'animaux. C'est vrai. J'ai grandi...
J'ai grandi dans une ferme perdue au fond de la campagne, avec pour seuls voisins mes grands parents et un vieil oncle à mon père.
J'ai grandi en jouant dans les bois, dans les champs, dans les étables
J'ai grandi sans donner de nouvelles à ma mère pendant des heures
J'ai grandi en partant faire des tours de vélo toute seule dans la campagne sans prévenir personne
J'ai grandi en famille autour du poulet du dimanche
J'ai grandi en accompagnant mon père à la palombière et aux dépeçages des sangliers
J'ai grandi en grimpant sans filet dans les énormes cerisiers pour tâcher mon t-shirt
J'ai grandi en apprenant à nager dans un bac à vendanges rempli d'eau
J'ai grandi en m'inventant des cabanes dans le hangar plein de boules de foin et de souris
J'ai grandi en conduisant des tracteurs et leurs remorques dans les vignes dès que mes jambes ont été assez longues pour embrayer
J'ai grandi en apprenant le nom des chemins, des lieux dits et des parcelles de terre
J'ai grandi en portant les tricots de ma mamie
J'ai grandi en conduisant le C15 de mes parents sur la route bien avant mes 18ans
J'ai grandi en faisant le service au repas des chasseurs du village
J'ai grandi en cherchant des œufs dans les hangars et en buvant du lait directement dans le tank
J'ai grandi en connaissant les parents de tous les enfants de mon école
J'ai grandi en cherchant des vers dans le fumier pour aller pêcher
J'ai grandi en jouant avec une carabine à air comprimé quand mes parents trayaient les vaches
J'ai grandi en élevant des cochons, des poules, des lapins que l'on tuait pour manger
J'ai grandi en gardant les mêmes copains de la maternelle a la fin du collège
J'ai grandi en trouvant des silex taillés dans le champ du fond
J'ai grandi en cherchant des cèpes et des jonquilles dans les bois

Mais j'ai aussi grandi en faisant le ménage et préparant à manger pour mes parents quand ils étaient aux champs
J'ai grandi en ramassant les pierres qui abîmaient les machines dans les champs
J'ai grandi dans les fringues de ma sœur et de mes cousins
J'ai grandi en coupant et convoyant du bois pour la cheminée
J'ai grandi en recevant des habits et des draps pour Noël
J'ai grandi en travaillant dans les champs, dans la vigne et en transpirant sous la canicule et les pruniers
J'ai grandi en arrosant et entretenant le jardin nourricier
J'ai grandi en enviant les marques des copains et leurs colonies de vacances
J'ai grandi en maudissant les enfants des touristes qui s'arrêtaient nous regarder ramasser les prunes
J'ai grandi en jalousant les sauts et les cris dans piscine du gîte de vacances qui jouxtait les champs où les pierres remontaient à la surface chaque année
J'ai grandi en faisant les rentrées scolaires avec les ongles et les doigts tâchés par le ramassage des prunes
J'ai grandi en supportant les égratignures des bottes de paille qu'il fallait jeter dans la remorque trop haute
J'ai grandi en regardant mes parents compter leur argent et se demander comment ils allaient s'en sortir
J'ai grandi en observant les autres partir en vacances l'été
J'ai grandi en regardant les copines aller au poney club le mercredi
J'ai grandi au collège et au lycée en travaillant tous les étés et les vacances scolaires
J'ai grandi étudiante en attendant la date ou les bourses étaient versées.

La campagne est dure et impitoyable quand tu es fille de paysans. Elle te donne l'envie de faire des études et de t'éloigner. Elle te donne le sens du travail et le goût de l'effort.
Moi je veux donner ça à mes filles sans les faire souffrir comme j'ai souffert. Sans les épuiser dans les champs. Je veux qu'elles aient le choix de leurs études sans se demander si les parents pourront financer. Je veux les accompagner dans leur voie rêvée. Et pourtant je ne veux pas qu'elles feignassent dans une vie facile que leur père et moi leur offrons. Nous essayons d'offrir du souvenir plutôt que du matériel. Mais j'ai conscience qu'elles sont élevées en fonction de nos manques enfantins.
L'histoire de la fille de paysan et du petit ramasseur de fraises qui se rappellent de leurs enfances défavorisées, matériellement parlant. J'ai fait des études pour me sortir de là, il est devenu chef d'entreprise grâce à son travail et sa volonté.
Deux bosseurs qui essaient d'élever au mieux leurs filles mais qui ont peur de trop les gâter. Deux adultes qui ont vu des "fils et filles de" ne rien faire de leur vie car ils n'avaient pas d'envie ni de courage.
J'ai peur d'élever mes filles dans la facilité. Mais je n'ai pas envie de les priver des jolis moments qu'on peut leur offrir.
J'y réfléchis souvent. Je n'ai pas de réponses...

Posté par mesjolieschoses à 21:27 - Commentaires [4] - Permalien [#]


19 juillet 2017

Surpris.e

Aller chercher une copine par une entrée de service d'une autoroute et tomber sur un couple, totalement nu, en train de forniquer contre une voiture:

Check.


Posté par mesjolieschoses à 22:38 - Commentaires [2] - Permalien [#]

17 juillet 2017

L'insolente

La petite (qui avait pour surnom PolPot mais que j'ai envie de renommer l'Affreuse) me fait une crise en plein milieu d'un rayon de supermarché "parce qu'elle a envie de faire pipiiiiiiiiiiiiii", alors qu'à la sortie d'un resto, moins de 5 Minutes auparavant, on y a emmené sa grande sœur et qu'elle m'a assuré qu'elle n'avait pas envie, "mais non Maman, c'est bon j'ai pas envie!!"
Donc je refuse de ressortir du magasin et je lui demande de patienter 5 minutes en lui rappelant l'épisode Sus-Nommé.
Et tu sais ce qu'elle me répond, l'Affreuse?

"De toute façon toi tu sers à rien"

Misère.

Peut-on emplâtrer un enfant rayon fournitures scolaires ou l'enfermer avec les glaces en plein milieu d'un supermarché?
Non? Rho, dommage.


Posté par mesjolieschoses à 23:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 juillet 2017

Jugement

L'ancienne baby-sitter des filles était une jeune fille innocente, charmante et timide. Très timide. A priori elle a pris de l'assurance. Vendredi soir, alors que nous fêtions les 40 ans d'un pote avec une copine de beuverie, elle nous a toisé, nous et nos verres XXL de bière (thème US: la taille des verres était raccord) et nous a sorti:

"Alors les filles, toujours plus grand le verre..."

Et elle a tourné les talons en riant sous cape.

Nan mais, nan mais...!!!....
Elle a de la chance de ne plus être ma baby-sitter celle-là, j'aurais demandé à la petite de faire caca par terre rien que pour la punir.


Posté par mesjolieschoses à 22:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 juillet 2017

Une histoire d'hélicoptère

De: Moi
À: Cecile
Objet: arrêt travail
Hello Cécile il faudrait déclarer un arrêt de travail pour un ouvrier qui s'est fait mal sur le chantier, de quoi vous avez besoin?

De: Cecile
À: Moi
Objet: rep arrêt travail
Hello! De l'arrêt de travail, des circonstances exactes, adresse du chantier, date et heure pour la déclaration.

De: Moi
À: Cecile
Objet: rep rep arrêt travail
C'était lundi à telle heure, sur tel chantier, P. a voulu se servir de l'hélicoptère mais les pales étaient un peu collées au béton, il a tiré et à pris un coup sur le pouce.

De: Cecile
À: Moi
Objet: rep rep rep arrêt travail
Mais que faisait donc l'ouvrier dans un hélicoptère sur un chantier?? Ca ne va jamais passer en accident du travail!

De: Moi
À: Cecile
Objet: rep rep rep rep arrêt travail
Nous avons tellement de chantiers que les ouvriers vont bosser en hélico. Ah non, mince, je confonds! N'oubliez pas de consulter la pièce jointe, ca peut vous aider pour la déclaration! 😜

De: Cecile
A: Moi
Objet: rep rep rep rep rep arrêt travail
Bon ok, je me sens idiote. Bon on va déclarer que l'ouvrier s'est fait mal avec une machine, hein.

Posté par mesjolieschoses à 17:30 - Commentaires [1] - Permalien [#]

03 juillet 2017

Et Paf

Notre fille de 7 ans a des gènes de chèvre, depuis des années elle adore grimper et sauter partout.
Bon, du coup elle tombe pas mal.
Cette fois ci à la kermesse de son cousin, elle a tenté de sauter d'un banc à un autre banc, et elle s'est ratée. A priori une estrade à traversé son chemin.
Ce qui est bien, c'est que je n'aurais pas les services sociaux au cul puisque c'est sa maîtresse qui l'a ramassée, mon mari étant trop occupé à... boire l'apéro.
Voila voila.

Posté par mesjolieschoses à 22:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]